jeudi 2 août 2007

L'artiste Ivan Bilibin : entre art nouveau et folklore russe


Je cherchais l'origine des superbes illustrations décorant la boite "orgue à parfum" présentée dans le post précédent sur le blog. Il me semblait clair qu'il s'agissait d'oeuvres de l'artiste russe Bilibin (Ivan Yakovlevich Bilibin - Иван Яковлевич Билибин) mais sans certitude absolue. En tous les cas pas avant d'avoir trouver d'illustrations identiques dans sa production.
A moins que ce ne soit des originaux sur cette boite ?

Après quelques recherches sur des sites spécialisés, j'ai eu la joie de découvrir une oeuvre parfaitement identique avec une des faces illustrée de la boite. Il est étonnant de découvrir les similitudes jusqu'aux fils reproduits sur le bois. Ivan Bilibin l'a réalisé l'année 1900, au tournant du siècle.

Dés lors cela relance les hypothèses. Il s'agit donc d'une production sur bois de cette magnifique illustration. Une copie très fine. Complexe. Tant il convient de graver, inciser le bois, tout en teintant la matière en profondeur avec toute la complexité des couleurs de l'illustration.

Un de de nos grand-père contemporain d'Henri Brocard et lui aussi parfumeur était passionné de pyrogravure et disposait de multiples petits flacons avec des teintures d'or, d'argent, de lapis, de cochenille...

Il y a plusieurs années, quelques poussières s'étaient échappées d'une bouteille et tombèrent sur une moquette en laine beige. La concentration de la cochenille était telle que le sol fut définitivement tâché à cet endroit. Je dus donc prêter un tapis un temps pour cacher la tâche dans l'appartement de mes parents.

Il pourrait donc s'agir d'une création de Georges Félix Ferrand, parfumeur à Moscou puis à Paris après la Révolution Russe (gendre d'Henri Brocard). Les motifs sont tellement minutieux que cela lui a certainement demandé un temps considérable. Ou bien il s'agit d'un autre artisan ? Dans tous les cas le résultat est remarquable. Et l'odeur de parfum qui se dégage de la boite lui donne une place appréciée dans un salon.

Aucun commentaire: