lundi 30 juillet 2007

"Orgue à parfum" dans une boite russe de Bilibin


Cette boite en bois reposait sur un grand secrétaire russe en acajou dans le bureau de mon grand-père dans notre maison de Thorenc. Elle contenait les cartes à jouer pour tous les enfants de la famille.

Elle me semblait particulièrement intéressante par ses motifs et représentations, hors des conventions européennes. Avec une certaine complexité dans les illustrations, dans l'execution des gravures ou de la sculpture du bois tendre.

Dix ans plus tard, au fil de lectures diverses sur la Russie, je découvrais que cette boite reprenait quelques illustrations du grand dessinateur Ivan Yakovlevich Bilibin (Иван Яковлевич Билибин) (August 16, 1876-February 7, 1942).

Sur cette deuxième photo, on appréhende le talent de l'illustrateur qui fut fortement influencé par la tradition russe, les anciennes architectures en bois et les paysages avec une sensibilité japonaise. Il y représente les vieilles forêts de Russie, les montagnes, les lacs, avec des personnages légendaires.


L'artiste commence à illustrer différents ouvrages pour enfants en 1899 qui sont encore édités aujourd'hui. Dans la famille, je me souviens de différentes lithographies en grand format sans doute de la main de Bilibin, accompagnées par des textes en russe.

Dans cette deuxième photo, on peux observer une scène de village avec différents personnages portant les vêtements liés à la tradition et au folklore russe. A travers la porte de la ferme fortifiée, j'aime beaucoup la perspective qui offre une vue sur le dôme d'une église et les premières maisons d'un autre village.


La boite offre des illustrations sur ces 4 côtés. Je trouve ces petits paysages tout à fait évocateurs d'un côté de la steppe ou de la toundra avec quelques cavaliers. Les motifs et bordures soulignent également les premiers pas de l'Art Nouveau en Russie autour des années 1900. Bilibin encadrait ainsi ces illustrations de ces nouveaux motifs innovants.

De l'autre côté de la boite, la vue représentée pourrait presque être l'oeuvre d'un impressioniste, soulignant la douceur du paysage. Ces compositions ne manquent pas de virtuosité et s'inscrivent avec talent dans une forme suggérant le dôme émoussé d'une église orthodoxe.

Les cartes à jouer ont été remplacées par des petits flacons d'absolu contenant même sous forme de résine séchée encore quelques restes de leurs trésors olfactifs. Chaque fois que la boite est ouverte s'échappent les effluves extraordinaire d'un autre temps, suave, capiteux, délicat, sucré... C'est un peu comme une boite aux souvenirs. Ceux d'une autre époque, de cette famille Brocard, parfumeur en Russie. C'est celle aussi qui symbolise en toute discrétion l'orgue à parfum du nez, de l'inventeur, porte ouverte vers les créations les plus subtiles, dont Henri Brocard fut un des membres éminents.

Reste un mystère pour cette boite. Tout à fait par hasard, je trouvais dans un livre russe un calque représentant exactement les motifs qui y sont dessinés.
S'agit-il d'une reproduction d'une lithographie représentée dans un livre ?
Comment celle-ci a-t-elle été éxécuté avec autant de talents, en gravure peinte, teintée, sur le bois de cet objet ? Se pourrait-il qu'Henri Brocard ait commandé à un artisan cet exécution, bien introduit comme il l'était dans la communauté des artistes russes à Moscou ? Il n'y aura pas de réponse. C'est souvent mieux comme cela. On peut toujours continuer à laisser la place à l'imagination et au rêve.

5 commentaires:

Dmitri aka flacon007 a dit…

What a lovely object! I will try to translate your text to learn more about this interesting object.

Octavian a dit…

Quelle découverte merveilleuse. Est-ce qu'il y a des essences absolues particulièrs dans cette miniorgue?

Anonyme a dit…

je cherche des infos sur la présence des russes à thorenc où je suis élu. Avez-vous des archives familiales à ce sujet ? Bruno Lecoq bruno.lecoq@wanadoo.fr

kimokicontes a dit…

Bonjour, cette boîte en bois au décor gravé est très intéressante. Elle montre combien les illustrations de Bilibine pour les contes traditionnels russes étaient largement diffusées puisqu'on les retrouve sur ce coffret.

Je ne sais pas à quel conte correspond la première scène avec la biquette blanche (sans doute une personne humaine transformée en animal ?) aperçue par un personnage couronné dans une forêt au bord de l'eau.
L'autre grande scène est une des illustrations du conte "Vassilissa la très belle". Habitant chez une vieille femme, Vassilissa tisse une étoffe merveilleuse puis coud des chemises que la vieille offre au tsar. C'est le moment de la rencontre. La vieille femme s'incline devant le souverain. Le tsar tombe amoureux de Vassilissa, la belle jeune fille aux longues nattes qui baisse les yeux et le front.
On trouve cette image et celles des principaux contes illustrés par Bilibine dans un album publié chez Actes Sud Junior intitulé Contes de Russie (1997).
Le paysage avec le chemin de terre et le ciel nuageux est inspiré du cul-de-lampe terminant l'histoire de "Sister Alyonushka and Brother Ivanushka" (1902). Voir une reproduction de l'original ici : http://web.archive.org/web/20051202140611/http://www.scumdog.demon.co.uk/bilibin/
L'autre face met en scène trois hommes à cheval, armés de flèches : vraisemblablement les trois frères du conte "La princesse grenouille".

Le calque retrouvé dans la bibliothèque familiale a certainement servi pour reporter les motifs choisis sur les faces du coffret. Les petits côtés ont en revanche été, à mon avis, gravés à partir d'un dessin reporté à crayon à main levée.

Anonyme a dit…

Thank you for posting this!