mercredi 25 avril 2007

Brocard invited to the dinner of the coronation of the Czar Nicholas II ?

Did the Czar Nicholas II invite Henri & Charlotte Brocard to the event celebrating his coronation ? It was organized two years after during at least two days.

The night of May 19, 1896, was dedicated to the dinner. And the ceremony was continuating on May 20.

I was founding this rare paper in the family archive with the incredible mention of Brocard on the back, which is you can imagine fascinating me and probably confirming the fact, Henri the perfumer was invited as the official provider of the Empress Alexandra Féodorovna.

Where can we find a list of the attendees to this event in order to confirm this hypothesis ?

mardi 24 avril 2007

The soaps of Brocard : Mai Embaumé

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

I was collecting this nice soap "Mai Embaumé" from the Brocard Company in Paris. So probably after 1917 and the Russian Revolution, when the society is trying to continue in France.

In the catalog of the company in 1896, they are dealing about different soaps related to the month of May as "Mai Fleuri" with a lot of declinaisons as floral perfumes extract, toilet powder as preparation for the skin, scents bags or floral eau de cologne. But there are no reference to "Mai Embaumé". Is it the same formula as "Mai Fleuri" with a more trendy name for the french market or a new creation?

The "Mai Fleuri" soap was containing different components as Azelia, Heliotropine, Orchidée, Muguet, Dalia...
You can also notice the mark of the company printed on the soap itself in Russian even if the soap was distributed in France.

Soaps were the real symbols of the begining of the Brocard's adventure in Russia. An inventive way recognized in the whole Empire, before the development of perfumes.

lundi 16 avril 2007

Highest Reward : Brocard at the Nijni-Novgorod fair in 1896

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

In 1896, the sales turnover of the Brocard's company is about 2 millions Roubles.
The same year the firm is obtaining the highest reward of the Nijni-Novgorod fair, for the exhibition of all the different parts of Russia.

We have kept those nice exemples of fine porcelains, with the arms of the State, the date of the reward, and the initials of Henry Brocard : HB painted on the object. The name seems a little bit different. I need confirmation if you are able to read the name written on the flag on the cup of coffee.

It is really exiting to have one symbol of this old event of the Brocard's perfume industry. Imagine that 3 years before, the firm won also the highest price at the fair of Chicago.

On the same way, 4 years after "Nijni-Novgorod", in 1900 at the begining of the new century, Brocard won the "Grand Prix" at the international exhibition in Paris.

At the end of this year, Henri Brocard died in Cannes, on the French Riviera.

vendredi 13 avril 2007

Brocard (Брокар) : creation of Lilas Merveille perfume

Thanks to Dmitri (Blog Flacon007) who send me this picture today. It is related to the nice Eau de Cologne "Lilas Merveille" from the Brocard Company.

With this nice design and form, the bottle is stressing the novel art, valorizing at the same time the spirit of the flowers developped inside. The bottle and the composition were invented and produced in Russia, in the firm of Moscow, probably late in the XIXe century, but before the died of Henri Brocard in 1900.

I was checking the visibility of this perfume in the Brocard catalog in 1896. At the end of the book, the creation "Lilas Merveille" extract is appearing, as the latest novelties with the key reference 1303 for the simple packaging, 1469 for Lilas Merveille in boxes, 1541 for the perfume within a silk-box.

Under the floral Eau de Cologne, "Lilas merveille" has the reference 932.

The memory of this old composition had probably disappeared. Maybe some components of the formulas could help some noses to imagine it as 100 years ago.

"Lilas Merveille" contains Essence of Ylang Bourbon, Aubepine, Jacinthe, Phyxia, Terpineol, Essence de Lilas, Heliotropine, Civette, Iris, extract of Jasmin... and some Orange flowers... for the most significant components.
A clear invitation to dream !

I would like to gather on this blog the informations related to the Brocard company and the memory of Henri Brocard, in order to share them with a larger audience. If you have some stories, pictures, feel free to react.

J'ajouterai prochainement la traduction française.

jeudi 12 avril 2007

Brocard (Брокар) : Innovations & Marketing for the soap

Version Française ci-dessous... Today, the majority of the visitors on the blog were coming from Russia. Thanks to all for your interest. I know you have some difficulties to translate the content provided in French, so I will try to offer one text a week in two languages : French & English. I hope it will help you.
Thanks to the history of the family, I used to learn during 6 months Russian, but unfortunately, I have forgotten all the basics. It could be a project for the future.

Well I would like to share with you this original old paper, with a nice Russian design from the begining of the XIXe century. Patterns like this one were inserted in the package of the soap distributed by the Brocard company. Probably a marketing tips to speak to the mothers, as at the same time Brocard was also creating links with children thanks to their soap using the form of letters.

Charlotte Raway, wife of Henry Brocard, was awared about the Russian culture, especially by her parents who were living in Moscou one generation before. Her family was coming from Belgium and the nice city Spa, which is the symbol today of therms in the world.

An exiting study could be the analysis of Charlotte Brocard's contributions to the marketing innovations of the Brocard's firm. If you have specific informations about this do not hesitate to share, as everything related to the history of Brocard.

--------------
Version française

Comme aujourd'hui la majorité des visiteurs du site viennent de Russie, et qu'ils ont quelques difficultés à comprendre le texte en français, je vais essayer de fournir des textes en anglais pour faciliter leur lecture et les échanges, sur la base d'une nouvelle par semaine.

La photo ci-jointe est un beau symbole des innovations marketing de la firme Brocard. Dans chaque emballage de savon se trouvait des modèles de broderies dans la grande tradition russe. Une façon sans doute habile de communiquer avec les maîtresses de maison, alors que Brocard en parallèle distribuait des savons en forme de lettre pour séduire les enfants et faire oeuvre de pédagogie.

Ces approches nouvelles de promotion furent probalement suggérées par Charlotte Brocard née Raway. Sa famille étant à Moscou depuis déjà une ou deux générations, elle était nettement sensibilisée à la culture Russe.

Une étude mériterait d'être menée sur le rôle que joua Charlotte Brocard dans les innovations marketing de la firme. Si vous disposez d'informations à ce sujet, n'hésitez pas à les partager.

mardi 10 avril 2007

Nouvelle Etoile hérite d'un parfum ?

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

Ce parfum fut rapporté de Russie en 1965. Il s'agit d'une production de la parfumerie "Nouvelle Etoile" (Новая Заря) qui repris l'usine Brocard (Брокар) après sa nationalisation en 1917 par les communistes.

Dans son écrin cartonné en forme d'oeuf, il suggère le temps suspendu des Tsars et des créations du grand orfèvre Fabergé. Une étoffe d'éclat pour ce petit flacon d'extrait dont le bouchon a laissé perler quelques traces des effluves, scellant par ailleurs la bouteille pour l'éternité.

J'y perçois un lien intime et étroit avec "Royal Flush", une autre création de Brocard évoquée dans une précédente nouvelle. Les notes de fond étant seules perceptibles, il pourrait s'agir de parfums de la même famille, construits dans un même esprit, ou du même jus produit 50 ans plus tard par les "repreneurs" de Brocard. Cela ne reste qu'une hypothèse.


Ce jeu de correspondances olfactives signe des recettes sans doute gardées précieusement à Paris ou Moscou, plus de 100 ans après le décès du créateur de parfum Henri Brocard, sources d'inspiration ou terreau fertile pour de nouvelles créations.

samedi 7 avril 2007

Le parfum Royal Flush sort de l'oubli

La firme Brocard a été nationnalisée il y a quelques années à Moscou durant la révolution de 1917. Les descendants d'Henry Brocard, Eugénie sa fille et son gendre Georges Ferrand relancent tous les deux l'activité en France à proximité de Paris entre 1920-1930.

Au delà des eaux de toilette aux fleurs, des lotions et savons comme "Mai fleuri", la société lance différentes opérations de marketing dont une sur ces trois parfums phares : "En cachette", "Royal Flush", "le Rêve de Nanouk".

Dans une vente aux enchères je découvre par hasard un flacon de "Royal Flush" en vente au Canada. Il date des années folles. Je ne peux distinguer les premières notes du parfum, le bouchon restant bloqué. Cependant les notes de fond restent concentrées autour du col, glissées sur le fil de coton et de soie qui entoure celui-ci.

Il me manque les connaissances d'un parfumeur pour vous décrire les combinaisons subtiles qui s'épanouissent autour du flacon. Les "nez" n'existent malheureusement plus dans la famille. Georges Ferrand fut sans doute un des derniers après Henri Brocard.
Je me lance tout de même pour vous présenter ces notes échappées il y a des années du flacon.

J'y décèle un parfum oriental, relativement sucrée, avec des notes marquées de vanille et de rose. La composition paraît chaude, délicate et attirante. Elle me ferait presque penser un petit peu au parfum Shalimar de la famille Guerlain. Cette correspondance est étonnante, "Shalimar" inventé en 1925, étant contemporain de "Royal Flush". Mode d'une époque ? Liens entre parfumeurs ?

J'ignore si ce parfum a été composé par Henri Brocard. Dans le catalogue de 1896, il figure bien un parfum portant le nom de "Royal". L'extrait "Royal Flush" serait-il une dénomination plus adaptée au marché Français ? Cette recette a-t-elle été produite après le décès du grand parfumeur ? Beaucoup de questions persistent. Et sont relevées par ces captivantes effluves.

lundi 2 avril 2007

Maison et jardin d'un parfumeur : Brocard

Face à nous, sur la gauche se trouve la maison d'habitation d'Henri Brocard, située dans l'ancienne demeure du Comte Chérémeteff à Moscou.
Sans doute une datcha d'un aristocrate qui se trouvait hier au milieu du XIXe siècle dans les faubourgs de la ville. Elle deviendra la maison de la famille et plus encore, la propriété sur laquelle sera édifiée l'usine de Parfum Brocard qui existe encore aujourd'hui.

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

Nous sommes sur ces deux photos au tout début de l'usine, les bâtiments tout autour étant peu développés. Quelques tonneaux, d'alcool ou de solvants sont déposés à même le sol dans la cour. Des planches en bois évitent de marcher dans la boue. Une voiture à cheval pourrait véhiculer Henri Brocard, assis probablement à l'arrière.

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

Dans le prolongement de la maison du Comte Chérémeteff se trouve le jardin de la famille où il devait être bien appréciable de prendre le frais durant les chaudes journées d'été à Moscou, climat continental oblige.
Les jardins de parfumeurs ont toujours été fort soignés. Respect des plantes, combinaison des essences, jeux des couleurs. Les correspondances sont souvent nombreuses entre les formules des parfums et les dispositions habiles du jardinier.
Assis auprès de la table en bois, vous pouvez apercevoir Henri Brocard sans doute en train de piocher quelques gâteaux pour accompagner son thé.

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

Dans la photo suivante, un peu trop insolée dans le coin gauche, il est intéressant d'observer les statues romaines et chinoises antiques qui ornaient les allées du jardin. De son côté l'enchevêtrement des arbres s'avère plus complexe mais ordonné. Un peu plus au centre de la photo, un visage apparaît. Il me semble qu'il s'agit de Charlotte Brocard, notre arrière grand-mère, et épouse d'Henri.

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

La dernière photo donne une idée de la taille du jardin qui prolongeait la maison. Les combinaisons d'inspiration japonaise cèdent ici la place à une sorte de pelouse agencée en cirque romain, bordée de petits arbres. J'imagine les enfants de la famille qui s'agrandira au fil des années, courir entre ces allées et habiter les lieux de leurs rires et découvertes.

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only