vendredi 26 janvier 2007

Photo de la famille Brocard vers 1895

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

Cette photo a été prise vers 1895.
On y retrouve au centre Henri Brocard ( en blanc) à côté de sa femme Charlotte. Ils sont entourés de leurs enfants et petits enfants et de plusieurs membres de la famille Giraud. Les deux familles sont liées, deux enfants de Claude Giraud ayant épousé deux enfants d'Henri Brocard.
La famille Giraud, venue de la région lyonnaise, est connue dans toute la Russie de l'époque, pour ses soieries, comme la famille Brocard pour ses parfums.

Entrée de l'usine Brocard de Moscou en 1893

Entrée de l'usine Brocard à Moscou en 1893.

dimanche 21 janvier 2007

Usine Brocard : récolte du Réséda

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

Nous sommes au XIXe siècle. Dans un champ à Moscou, plus de 30 femmes ramassent une plante du sud de l'Europe, assez commune également en Inde. Sans doute le climat continental de Moscou, très chaud en été, permet-il la culture du Réséda ou Mignonette.

Dans l'histoire, la trace de la plante apparaît dans les écrits de Pline, soulignant son effet aphrodisiaque et stimulant sur le corps humain. Ce qui favorise un bon rétablissement.
Pour Dioscorides, les effets de la plante s'expliquent par des réminiscences proches des phéromones de l'androsterone.

Tout un programme. Ses qualités musquées invitèrent également très tôt les romains à l'utiliser en parfumerie. Son essence entra dans la composition de nombreux parfums au XIXe siècle et composa avec succès de nombreux pôts pourris dans l'Angleterre Victorienne.

Le champ de Réséda présenté dans la photo se trouvait juste derrière l'usine Brocard à Moscou. Il fournissait ainsi de la matière première en vue de la distillation pour obtenir des absolus.

vendredi 19 janvier 2007

Eugénie et Georges Ferrand griment les chinois

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

De magnifiques vêtements de soie, sortis d'une malle du musée, habillent Eugénie (Brocard) et Georges Ferrand, le temps d'une soirée costumée thématique à Moscou.
Notre grand-père Georges pousse la vraisemblance en adoptant un masque couleur peau recouvrant ses cheveux.

La Datcha des Brocard : Voronsov

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

Bienvenu à Voronsov, datcha d'été de la famille Brocard en Russie. Le climat continental de la région invitait bien probablement la famille à trouver la fraîcheur de la forêt sur les mois de Juillet et d'Août. La première vue reprend la facade côté bois de la maison.

L'autre partie de la photo concerne la facade avant. Remarquez la finesse des décors et étoffes de tissus brodés disposées aux fenêtres.

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

Catalogue de la firme Brocard

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

L'image ci-dessus représente la première page du catalogue de la parfumeie, proposant poudres, savons, eaux de cologne, parfums... Elle est en Russe également dans le plus pur style art nouveau. Résultat de chine intéressant.

Cette seconde page du catalogue de la parfumerie Brocard, sans doute plus tardive vers 1914 reprend la version française. Le style art nouveau renforce encore l'intérêt du document.

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

Première Communion Henriette Ferrand

Henriette Ferrand, fait sa première Communion, à Moscou le 13 MAI 1901.
Son grand-père Henri Brocard est son parrain. Elle lui doit son prénom d'Henriette.
Elle reçoit comme cadeau de la part d'Anne Roure, un livre sur Jeanne d'Arc.
Ci joint la lettre de remerciements:

Henriette Ferrand à Anne Roure, 19 mai 1901

Chère Madame,
Combien vous êtes bonne d’avoir pensé à m’envoyer un si joli souvenir de Première Communion !
Il fait le plus bel ornement de ma bibliothèque et associe votre nom au plaisir que j’éprouverai chaque fois que je me rappellerai la Jeanne d’Arc de notre vieille France. Je me souviens toujours avec plaisir de notre visite chez vous à Grasse. Mon désir serait de vous y revoir le plus tôt possible, pour vous connaître davantage et vous montrer toute l’affection que j’ai pour vous.

Veuillez, je vous en prie, présenter mes respects à Madame Rietschel et mon bon souvenir à Jean. Et pour vous, chère Madame, acceptez les meilleurs baisers de votre petite amie qui vous aime bien.

Henriette

jeudi 18 janvier 2007

Une icône russe esquissée

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

Cette icône russe esquissée témoigne d'une oeuvre originale conservée dans la collection Brocard. Sertie de pierres semi-précieuses la grande icône était exposée dans la famille avec d'autes oeuvres pour les grands évènements comme les enterrements ou fêtes religieuses.

Toute la collection de tableaux, nationnalisée en 1917, invita un membre de la famille a dessiner ce souvenir pour l'offrir dans son cadre typé à Henriette Ferrand, à l'occasion de sa première communion. Henriette est la fille d'Eugénie déjà présentée plus haut.

mercredi 17 janvier 2007

Témoin d'effluves : les flacons Brocard


Quelques flacons de la firme Brocard trouvés sur eBay. Source inépuisable que ce site d'enchère où des millions d'objets transitent toute l'année à travers la planète. L'une de ces bouteilles vient des USA tandis que l'autre était restée dans l'ex bloc soviétique en Pologne.

L'étiquette hérite d'une patine sépia, façonnée par la caresse de multiples mains parfumées de ses effluves d'eau de Cologne. Mère de famille, enfants ont sans doute renversé avec adresse cette ancienne bouteille pendant quelques années. Leur usage prolongé renvoit à un autre temps, au tournant du grand siècle, juste au seuil de 1900.

De son côté, le flacon de droite a égaré toute référence mais garde moulé dans la matière, l'empreinte des armes d'une soeur du Tsar, la parfumerie Brocard ayant été fournisseur officiel de la Cour Impériale de Russie.
Photo d'Eugénie Ferrand, jeune.
Deuxième enfant et fille aînée des six enfants d'Henri Brocard.

vendredi 12 janvier 2007

Collection Brocard: de 1870 à 1924

Une vue imprimée de la galerie où se trouvait la collection de tableaux anciens et antiquités d'Henri Brocard, qui fut ensuite reprise par son épouse Charlotte.

La collection Brocard comportait un peu plus de 5000 tableaux et objets dont 3000 tableaux anciens, des primitifs flamands au XVIIIe siècle.

Les photos ci-dessous reprennent quelques vues des pièces du grenier où était entreposée une partie de la collection. Différentes expositions furent organisées pour le public, ce qui était relativement peu fréquent vers 1880. Les recetttes permettaient de financer différentes oeuvres caritatives à Moscou.





© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

L'usine Brocard en 1914

Une belle vue de l'usine Brocard, 14 ans après la disparition d'Henri Brocard. Ses enfants ont repris les rênes de l'affaire. Nous sommes en 1914. Son fils Alexandre et sa fille Eugénie, mon arrière-arrière grand mère, gèrent avec maestro les destinés de l'entreprise. L'entreprise assez considérable exporte dans une grande partie du monde. Plus de 14 millions de flaçons en verre sont nécessaires pour le packaging des différentes essences.

Henri Brocard : parfumeur nez

Une photo rare également. Henri Brocard composant devant son orgue à parfum, sans doute dans le laboratoire de Moscou. Cette image d'un dessin a bien probalement été réalisée dans les premières années de l'aventure industrielle en Russie, vers 1875.

Exposition industrielle : pavillon Brocard

Une photo du pavillon Brocard lors de l'exposition industrielle au pôle Khodynskoe à Moscou en 1882.

Vue du magasin de Moscou


Dans les prochains messages je vais rassembler quelques photos qui sont actuellement visibles sur Internet. Cela ne dure jamais qu'un temps.

Une vue de l'intérieur du magasin de Moscou en 1910, réalisé par l'artiste décorateur Pemeller A.A.

Aventure des Brocard en Russie

Du savon à 1 kopeck utilisé dans toute la Russie, aux parfums fournissant la Cour Impériale, les Brocard ont transformé à leur manière le monde des parfums à l'Est.

L'usine Brocard utilisait près de 15 millions de flaçons en verre en 1914. Puis fut affectée par la Grande Guerre et nationalisée en 1917.

Dans ce blog nous pourrons partager différentes informations sur ces anciens de la famille. Différents auteurs auront la possibilité d'y publier des nouvelles.
Cela pourra être une première étape de consolidation avant de construire un site plus élaboré.

Une épopée riche d'enseignement sur l'entrepreneriat durant la révolution industrielle en Russie, la prise de risque, la naissance du marketing du luxe... et la collection de tableaux et antiquités avant la révolution russe.