lundi 17 décembre 2007

L'art des datchas revit dans une étoffe brodée

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization

I would like to thank all our visitors and especially our friends from Russia who took the time to read those news about the Brocard family and share their knowledge with us by mail. The blog will be closed for a period of time, but we will come back in the future. :-)

Cette dernière étoffes me permettra de fermer le rideau du Blog provisoirement, comme ce fut le cas également du blog "Sur les pas d'une collection".

J'admire comme sur cette photo ce travail de broderies sur coton. Les griffons, les coqs, les aigles symbolisés reprennent une parte du bestiaire russe. L'homme est également visible comme par une guirlande de femmes vêtues de masques et de curieuses plumes de chaque côtés du visage.

S'agissait-il d'une nappe, d'un napperon figurant un meuble ? A n'en pas douter, il rejoint à nouveau l'art populaire russe et celui des figures propres à l'artisanat des datchas. Cela ne reste qu'un morceau de coton mais avec lui revit une partie de l'ambiance et de ce style de vie à la fin du XIXe siècle.

technorati tags:

Un tablier en coton russe du 19e siècle flirte avec l'art

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization

L'art populaire russe est sans limite. Ces figures et broderies, figurent sur le bas d'un tablier en coton. J'imagine la femme qui devait porter une telle oeuvre lors de ses travaux ou de son service. Le carrosse est symbolisé, le cheval suggéré. On pourrait y voir une création gauloise sur une monnaie d'un autre temps. Le mouvement pourrait préfigurer un bestiaire à la Matisse. L'oeuvre date probablement du XIXe siècle. Elle est juste disposée dans la partie la plus fragile du vêtement, qui devait s'accrocher aux meubles lors des activités. Cela constitue une forme de raffinement dans la simplicité en lien avec le folklore des traditions russes. En un mot magnifique.

technorati tags:

Broderies florales russe complexes sur du coton éphémère

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization

Du haut de ce morceau de tissu en coton se succèdent des vagues successives rouges de plus en plus rapprochées, pour offrir sur un pan entier un subtile travail floral de broderies. Les pigments sont complexes. Le rouge, l'orange, le bleu, le jaune alternent entre croisillons et figures géométriques. Cette réalisation des provinces russes date sans doute d'une période située entre la fin du XIXe siècle et les débuts de la guerre de 14.

technorati tags:

Un tissu en soie d'apparat brodé de fils d'argent

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

Sur cette étoffe en soie, se dessinent différents motifs brodés de fils d'or et d'argent. Dans la partie centrale, ce sont comme des petits cailloux juxtaposés habilement, donnant comme un effet de galuchat, un peu art déco.
Sur les deux côtés, des entrelacs floraux, de paillons et de guirlandes, impriment un mouvement plus classique.
Quel était l'usage de ce tissu d'apparat ? Ornait-il le "plastron" d'une homme ou d'une femme ? A quelles occasions était-il revêtu en Russie ? Le mystère reste. Les références documentaires manquent. A moins que vous ayez des idées ?

technorati tags:

samedi 15 décembre 2007

Vue du salon Brocard-Ferrand autour de 1880 à Moscou

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

Sur cette photo fort difficile à améliorer tant le temps a injurié les teintes et contrastes. cependant après quelques tentatives sous Photoshop, j'arrive à mieux aviver les détails et nuances.

Nous sommes dans le salon d'une propriété d'Eugénie Ferrand, née Brocard, probablement autour de 1880, à Moscou. C'est une vue intime, chaleureuse de la famille Brocard, grand parfumeur du XIXe siècle.

Sur la gauche, Henri Brocard, est debout devant trois petits tableaux et semble lire un papier. Il est le fondateur de la parfumerie éponyme, lancée en 1864 à Moscou. Sur la droite, debout près de la chemniée se trouve Georges Félix Ferrand, son beau-fils. La dame assise à ses côtés est sans doute l'épouse d'Auguste Ferrand, lui même assis à côté. Ils sont tous les deux assez jeunes.

La vieille dame assise au premier plan sur un fauteuil de style Louis XVI, a élevé tous les enfants Brocard. Il s'agit de tante Mina Koch, adoptée dans la famille après toutes ces années de service.

Tout à fait à gauche sur la photo, aux pieds de l'ange, se trouve une petite fille de 4 ou 5 ans. Elle devrait pouvoir aider à dater plus exactement cette vue. Il s'agit d'Henriette Ferrand, une de mes arrière-grand mères du côté de mon père. Sa maman, Eugénie Brocard l'enlace sur ses genoux.

Devant Henri Brocard, se trouve sans doute Charlotte Brocard, son épouse, née Raway, d'une famille Belge de Spa, dont la famille était directeur des pension-écoles pour les jeunes enfants fortunés des familles européennes.

On peut remarquer sur cette vue quelques tableaux de la collection Brocard, donnés par Henri à sa fille. Tous ou presque travaillent dans l'industrie des parfums à Moscou, dans l'usine familiale.

Intimist view of the red place in Moscow closed to 1890

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

Another picture of the "place rouge" in Moscow closed to 1890. The black or blue balloon can help to define the period. Probably it was a special day at this time. Or a special birthday or another celebration... It will need more investigations.

By the way, I really like the spirit of the old Russia which is perceptible on this place. The clothes of the people. The face of the old man at the first plan, the violonist... The women probably singing the old song evoked by the musicians.

This place is still today very large with an impressive perspective, but through this picture, we have a closed view, as being in a small community or village in the center of Moscow, at this time.

Art Nouveau design and extravagant Russian invitation

This nice paper can be an invitation at the beginning of the century, in 1902, or the memory of an event concerning this wife and men ? Unfortunately I am not able to read it. In any case, the design is incredible with all those magnificent form of the "art nouveau" period.

The quality of the paper is also perfect which is great for such a souvenir of this time, after the revolution.
Somewhere, this is fantastic to imagine the common trend of the "art nouveau" style in whole Europe including Russia with some extravagances given by the tradition and the culture there.

We can observe there a real complexity of flowers, mix of colors, creativity in the way to present two old photographies.
The tree or something which is resembling, seems connected to a dream like a vivid vegetable.

If you are able to give us more information about, especially our Russian readers, do not hesitate. ;-)

samedi 8 décembre 2007

Antiquities market on the Red Place in Moscow about 1880

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

Henry Brocard, great collector at this time, before 1900, was searching on the Russian market antiquities. It was a great period for that. The young aristocrats were inheriting their parents a lot of old objects coming from centuries of collecting. But as the time was difficult and not so stable, some of them were deciding to sell those marvelous testimonies of the past.

Henry, using a part of his fortune generated by the perfume industry, was buying in the whole perimeter of the Russia Empire, some traders helping him to identify what was interesting.

He was also walking on the market in the "red place" in Moscow. This nice picture probably about 1880, is emphasing the ambiance there and the opportunity to collect exiting objects from the Russian tradition or famous old painters. One legend in the family is stressing that Henry found a painting of Dürer in this market. I am dreaming about such a discovery like this...

dimanche 2 décembre 2007

Creativity in art deco period in Russia

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only


Well this is a long day. And I have not been updating the blog for a long time. So I am seizing the opportunity to share more news during this week-end.

This interesting post about a Russian art deco design can have some interest, representing again the old symbols of the Russian Empire with a very inventive approach.

technorati tags:

Old russian lace with the heraldic symbols of the Tzar

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

Can you recognize the two eagles from the Tzar and the heraldic symbols with the crows, realized on this lace from the old time ? It was used in an Orthodoxe church in Russia, around the furnace bridge.

technorati tags:

Complex horses embroideries from Russian Empire time

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

This is a nice embroiderie symbolizing two horses on a pillow. The work is very fine and coming also from the Russian period before the revolution. I am interested to know if this kind of design is related to a specific region in Russia.

The realization of this embroiderie on cotton can be from the late XVIIIe century to the XIXe or earlier, but I have no enough documentation to check it.

Ferrand & Brocard appartement souvenirs in Moscow

Different fragments of a nice decoration from an appartement in Moscow before the Russian Revolution. A discovery evocated in the blog "Sur les pas d'une collection".

Brocard perfume advertizing : end of the XIXe century

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

A nice large advertizing (A4 format) from the Brocard perfume industry, with nice vivid colors even if this one is old, about the end XIXe century.
I am not able to understand the meaning of the text. We can be surprised to see the young men on the right drinking something on a poster related to the perfume.

As it is probably not vodka, the meaning is somewhere else. Probably in n old story in the Russian folklore...

Perfume Muguet Merveille from Brocard

I was really impressed by some discoveries of Dmitri in Moscow about the Brocard's souvenirs.
This nice bottle of the perfume "Muguet Merveille" is keeping more than 100 years after the stample with a great "art nouveau" design.

I saw the formula of this perfume, years ago. I will try to find it in order to share what is no more accessible in this empty bottle and emphazise what was the fragrance at this time.

Thanks a lot to Flacon007 for this picture and the nice posts on his blog.

Brocard perfume advertizing : clean teeth XIXe

A nice adversitizing from the Brocard perfume industry. A special paste to clean the teeth probably with bicarbonate. I like the reference to the Africa and the elephant.

Couvre-chef pour l'épouse lors des mariages à Nijni Novgorod, XVIIIe century

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

It was a magnificent hat, for a woman in Russia closed to the region of Nijni Novgorod. A mix of a complex design in gold and silver. We can perceived on it the image of the symbolized eagles. This object was collected before 1900 in the country.

The date of it seems to be closed to the end of the XVIIIe century.

We can imagine it was coming from the Brocard collection which is now partially in the Tretiakov gallery in Moscow.


© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

samedi 1 décembre 2007

Brocard advertizing : full color for perfume

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

I was discovering this nice printed version of an advertizing from the XIXe century. A nice souvenir of this old time in Russia.
Brocard was really recognized as also a great innovator with his wife Charlotte for marketing & creativity.

samedi 3 novembre 2007

Old Brocard perfume alambic

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

What a strange alambic outside the house. It looks like a primitive one with all the different parts to freezen the liquid and split the different substances. I like the composition of the picture. Old wooden house, nice barrels...

The alambic looks curious as the first part of it, on the left looks so small. This normally the space where you are inserting the core of the plants to be distilled. So I can imaine that the large part of it can be inside the house, at a lower floor.

Another strange thing, are the different small pipes inserted at the middle of the "col de cygne". I know that closed to the plant of Brocard, some areas were dedicated to the culture of Reseda. Was this alambic distilling this famous plant ? A question which will not be probably solved.

In 1889, the firm Brocard had 25 years old

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

From this period, different books were dealing about the 25 birthday of the Brocard company. I remeber some official pictures which are completely different with the following, coming from the private archive.

There are in fact reflecting the good spirit visible within the firm and the social concerns of the owners Henri & Charlotte Brocard.

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

I have some difficulties to recognize people on the pictures. Probably some managers & workers of the plant having a lunch within the site, after an Orthodoxe mass already presented on the blog.

On this picture we can see a woman dancing and probably singing. We can imagine the old Russian song of that time, with adapted words about the story of Brocard to emphasize the nice history of this perfume industry with probably some humor.

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

The last picture was remembering me a large dinner with 450 people invited and where I was preparing the menu. By similarity I can imagine the guy as the cooker of this large lunch. He looks a little bit shy as all people in the backside but whose the role is key for the success of such an event like this one.

lundi 22 octobre 2007

A Brocard advertsing in St Petersburg

What a surprise this evening, searching some references on the web about Brocard. I discovered this nice advertising from the company dated from 1896. That's really strange the number of references we have from that year. Catalogs of perfumes, other advertizings... Whitout doubt it was a golden time.

This picture was taken by G@lia3's and inserted on the website Flickr. It looks like a panel in the street, probably in St Petersburg. But that's really an issue for me. One century after, how can we find a treasury like this today ? Another mystery I am capturating on this blog for further investigations.

vendredi 19 octobre 2007

Brocard : Eau de Cologne Impériale (in 1897)

A nice exemple of advertizing from the old time, about the nice "Eau de Cologne Impériale" from Brocard. I don't know how the bottle was created ? Is it a thermoform bottle with a complex design, or the label with a nice image of that period. I like it. Even if the humidity has impacted the paper with large brown areas.

Whan I am thinking about the millions of bottles prepared for Brocard each year. Imagine there were more than 10 millions of bottles in 1914, it is strange to have few on the market today.

What was the formula of this nice fragrance ?
A nice memory without more details ?







© Family Brocard.

Usage of the image under authorization only

mardi 9 octobre 2007

Salon moscovite en 1914 : famille Brocard-Ferrand

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

Photo sur plaque de verre en 1914 à Moscou. Un salon d'appartement saisi par l'autochrome. Procédé inventé par les frères Lumières en 1903, puis ensuite commercialisé vers 1907.

Le rétro-éclairage de la plaque de verre donne de la profondeur à la pièce. Les couleurs vibrants sur la tonalité sépia posent l'époque. La disposition des objets dénote une certaine recherche dans la composition.
Des meubles en bois finement travaillés dans l'esprit des datchas. Des étoffes en soie cousues de fils d'or et d'argent au XVIIIe siècle. Une frise brodée en laine cerclant la pièce comme les coussins suggère les yourtes plus à l'est. Quelques estampes japonaises figurent les seuls visages du lieu. Deux plantes introduisent des courbes et cassent les lignes de fuite induites par les tapis.

Cette photo m'a inspiré un temps pour la décoration d'un appartement. Etoffes anciennes, gravures répondaient ainsi aux temps précédents. Touches de couleur. Chaleur des matières. Subtilité des effets de lumière. Impressions fugaces de la belle époque. Pérénnité des tissus soulignant des cultures éteintes.

Certains des objets sur cette photo ont traversé le temps, sauvés avant la Révolution Russe. Les deux petits tabourets en bois finement ouvragés sont aujourd'hui chez une de mes tantes. J'avais eu l'occasion de voir la frise présente sur le mur dans une ancienne maison de la famille, enveloppé de papiers des années 50.

Pour la petite histoire, ces étoffes et souvenirs venaient pour une grande partie de la collection d'Henri Brocard. Sa fille Eugénie, épouse de Georges Ferrand habitaient dans cet appartement juste avant la Révolution.

lundi 8 octobre 2007

Art deco perfume bottle with special glass

I collected this bottle 20 years ago. The shape looks like an "art déco" design. The material used is a strange creamy green glass, called "pâte de verre" in French. Without doubs it was a container for precious fragrance, without any exposition to light to protect it. The 4 gold stars with some perspectives can symbolized or emphasized the name of this perfume.
Another mystery. Do you have any idea ?

dimanche 7 octobre 2007

A precious fragrance as in a jewel

I was impressed by the small size of this bottle for perfume. About 3.5 cm. It looks like a jewel for a very precious fragrance. If you observe the surface of it, you can see a sophisticated shape like a diamond.I succeed 5 years ago to open it. At the base inside, a rest of substance is particularly vivid and without doubts a rest of extract. This is old but still present. But I have some difficulties to connect it to any current perfume. Probably a fragrance for woman, sweet, elaborated, maybe closed to a perfume in the Shalimar family.

Do you recognize this bottle ? Is there any connection to an existing perfume industry ?

mercredi 3 octobre 2007

Unique bottle for first days of a perfume ?

This is still a question for me. About 20 years ago, I was collecting this bottle with a nice design, probably "art nouveau" for the paintings of the birds but not for the rest of the body which is much more classical. The cristal itself is very fine but the use of the bottle was first for me a mystery.

After some searches today, it seems to be connected to the perfume industry. Maybe from the Roure or Brocard perfume industry linked to the family. The usage of this bootle was probably to store some perfume extract after their creation, to be presented to the customers. Somewhere a precious and jewel box for the first days of a perfume...

A potential hypothesis for me... If you have some confirmations it would be interesting ?
Thanks for your feed-back.

mardi 2 octobre 2007

Formula for a perfume : Taïmyr extract

I was collecting months ago some stickers from the old Brocard perfume industry. One was about the famous perfume Taïmyr. By chance it was also corresponding to the formula of Taïmyr coming from the archive of my family.

A great chance, one century ago to ensure the correspondance in between this sticker and the perfume formula. I modify just the percentage of ingredients in in order to keep some confidentiality. But as reader you can dream about those old fragrances.


Essence of Patchouli, Sophora, Bergamot...
Vanilline... Musk K.
Rose from the great Roure Bertrand Fils perfume industry.
Extract of fleur d'oranger, tubéreuse, jasmin...
Infusion of Musk tonkin, Castoreum...

It would be great to re-invent it.

lundi 1 octobre 2007

Art Nouveau advertising : Brocard perfume company

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

This is an advertising page from the Brocard perfume company end of the XIXe century.
I really like the way the letters are printed closed to the "Art Nouveau" period. All packaging on the page are giving an idea of the large diversity & creativity of the Brocard offer on the market. I will make some search about them as some packages can be recognized.

The paper has some minor damages, and probably suffered from humidity in the past. Easy to imagine one century after and considering the different events as the Russian revolution.

Hermitage : recognition of the importance of the Brocard Collection


More than one month without news. Oups... Coming back from holidays, I tried to maintain my main blog on "collection" and aboriginal art without forgetting the Blog of Brocard.

One member of my family mentioned during the summer some recognition of the role of Henri Brocard, as art collector during the XIXe century, incredibly in the Hermitage Museum magazine:

"The magazine section "Collection" presents the once celebrated Moscow museum of Henri Brocard (Genrikh Brokar). It so happened that one of the main Moscow attractions of the 1890s has gone without serious study both during the life of its creator and after his death. However, the collector's contemporaries had an inkling about the value of the collection of the French perfume maker, which numbered many thousands of items."

Reading it makes me enthousiast as you can imagine even if the whole collection was nationalized during the Russian revolution.
At the same time another extract from the St Petersburg Times was commenting this column. I am copying them in order to keep a track on this for the future :

"The -Collection- section will present you a once famous Henry Brocard’s museum in Moscow. One of the most remarkable Moscow sightseeings of 1890ies happened not to be honored with a profound study both when its founder was alive and after his death. However, contemporaries of the collector suspected the great value of a many-thousands collection of the French perfumer".

I did not have the chance to receive a copy of this document. A PDF version or on paper will be a dream.

lundi 20 août 2007

Nomade sur la route des Alpes


Le blog prend quelques jours de repos. Me voilà nomade sur les routes des Alpes de Hautes Provence.

Photo prise il y a quelques jours par Reginald.

vendredi 3 août 2007

Objets de décoration des datchas

Deux petits objets rapportés de Russie. L'un forme une gourde finement ciselée avec des symboles assez fréquents dans l'iconographie traditionelle. L'autre objet en bois me fait penser à une céramique chez une de mes tantes. Elle représente un coq. On retrouve içi suggéré la queu du coq perçée d'un trou, tandis que la tête absente était peut-être juste posée à la pointe dans une autre matière comme une large épingle en os ou ivoire.

Les motifs réalisés en profondeur dans le bois font penser aux décorations qui ornaient l'architecture des datchas avant la chute de l'empire du Tsar. Ces objets de décoration devaient trouver leur place dans cet environement à l'intérieur d'une maison très décorée et chaleureuse.

J'aimerais en savoir plus sur l'origine, l'atelier ayant produit ces objets. Si vous avez des pistes n'hésitez pas.

I am looking for informations about the origin, the manufacture which made those objects. If you have some idea, feel free to share. :-)

Essences et absolus pour orgue à parfum : 1930


Suite à différents commentaires, ci-joint les essences qui étaient rassemblées dans la boite en bois de Bilibin. Elles datents des années trente mais ne proviennent pas de la famille Brocard. Celles-ci ont été rassemblées en Brocante bien après.

On y retrouve certaines grandes maisons comme Roure ou quelques pharmacies qui devaient à l'époque préparer des essences.
Ces flacons sont posés sur un plateau Mexicain rapporté de la vallée de Barcelonette. Avec son côté baroque, il correspond bien aux effluves qui s'achappent de ces petites bouteilles, presque vides dont l'odeur reste puissante et marquante.

A titre documentaire, voilà la liste des inscriptions lisibles sur les flacons :

Roure : Rhodinol, Géranium, Bourbon
Fissatore Idulo du 18/04/1936
Farmacia Godina, Gst Oxyg...
Roure Bertrand Fils : Portugal zeste
Muguet 3788
Guajakholzol konkret
Fougeret, 1937
Bassiner...
...erolar Essence

jeudi 2 août 2007

L'artiste Ivan Bilibin : entre art nouveau et folklore russe


Je cherchais l'origine des superbes illustrations décorant la boite "orgue à parfum" présentée dans le post précédent sur le blog. Il me semblait clair qu'il s'agissait d'oeuvres de l'artiste russe Bilibin (Ivan Yakovlevich Bilibin - Иван Яковлевич Билибин) mais sans certitude absolue. En tous les cas pas avant d'avoir trouver d'illustrations identiques dans sa production.
A moins que ce ne soit des originaux sur cette boite ?

Après quelques recherches sur des sites spécialisés, j'ai eu la joie de découvrir une oeuvre parfaitement identique avec une des faces illustrée de la boite. Il est étonnant de découvrir les similitudes jusqu'aux fils reproduits sur le bois. Ivan Bilibin l'a réalisé l'année 1900, au tournant du siècle.

Dés lors cela relance les hypothèses. Il s'agit donc d'une production sur bois de cette magnifique illustration. Une copie très fine. Complexe. Tant il convient de graver, inciser le bois, tout en teintant la matière en profondeur avec toute la complexité des couleurs de l'illustration.

Un de de nos grand-père contemporain d'Henri Brocard et lui aussi parfumeur était passionné de pyrogravure et disposait de multiples petits flacons avec des teintures d'or, d'argent, de lapis, de cochenille...

Il y a plusieurs années, quelques poussières s'étaient échappées d'une bouteille et tombèrent sur une moquette en laine beige. La concentration de la cochenille était telle que le sol fut définitivement tâché à cet endroit. Je dus donc prêter un tapis un temps pour cacher la tâche dans l'appartement de mes parents.

Il pourrait donc s'agir d'une création de Georges Félix Ferrand, parfumeur à Moscou puis à Paris après la Révolution Russe (gendre d'Henri Brocard). Les motifs sont tellement minutieux que cela lui a certainement demandé un temps considérable. Ou bien il s'agit d'un autre artisan ? Dans tous les cas le résultat est remarquable. Et l'odeur de parfum qui se dégage de la boite lui donne une place appréciée dans un salon.

lundi 30 juillet 2007

"Orgue à parfum" dans une boite russe de Bilibin


Cette boite en bois reposait sur un grand secrétaire russe en acajou dans le bureau de mon grand-père dans notre maison de Thorenc. Elle contenait les cartes à jouer pour tous les enfants de la famille.

Elle me semblait particulièrement intéressante par ses motifs et représentations, hors des conventions européennes. Avec une certaine complexité dans les illustrations, dans l'execution des gravures ou de la sculpture du bois tendre.

Dix ans plus tard, au fil de lectures diverses sur la Russie, je découvrais que cette boite reprenait quelques illustrations du grand dessinateur Ivan Yakovlevich Bilibin (Иван Яковлевич Билибин) (August 16, 1876-February 7, 1942).

Sur cette deuxième photo, on appréhende le talent de l'illustrateur qui fut fortement influencé par la tradition russe, les anciennes architectures en bois et les paysages avec une sensibilité japonaise. Il y représente les vieilles forêts de Russie, les montagnes, les lacs, avec des personnages légendaires.


L'artiste commence à illustrer différents ouvrages pour enfants en 1899 qui sont encore édités aujourd'hui. Dans la famille, je me souviens de différentes lithographies en grand format sans doute de la main de Bilibin, accompagnées par des textes en russe.

Dans cette deuxième photo, on peux observer une scène de village avec différents personnages portant les vêtements liés à la tradition et au folklore russe. A travers la porte de la ferme fortifiée, j'aime beaucoup la perspective qui offre une vue sur le dôme d'une église et les premières maisons d'un autre village.


La boite offre des illustrations sur ces 4 côtés. Je trouve ces petits paysages tout à fait évocateurs d'un côté de la steppe ou de la toundra avec quelques cavaliers. Les motifs et bordures soulignent également les premiers pas de l'Art Nouveau en Russie autour des années 1900. Bilibin encadrait ainsi ces illustrations de ces nouveaux motifs innovants.

De l'autre côté de la boite, la vue représentée pourrait presque être l'oeuvre d'un impressioniste, soulignant la douceur du paysage. Ces compositions ne manquent pas de virtuosité et s'inscrivent avec talent dans une forme suggérant le dôme émoussé d'une église orthodoxe.

Les cartes à jouer ont été remplacées par des petits flacons d'absolu contenant même sous forme de résine séchée encore quelques restes de leurs trésors olfactifs. Chaque fois que la boite est ouverte s'échappent les effluves extraordinaire d'un autre temps, suave, capiteux, délicat, sucré... C'est un peu comme une boite aux souvenirs. Ceux d'une autre époque, de cette famille Brocard, parfumeur en Russie. C'est celle aussi qui symbolise en toute discrétion l'orgue à parfum du nez, de l'inventeur, porte ouverte vers les créations les plus subtiles, dont Henri Brocard fut un des membres éminents.

Reste un mystère pour cette boite. Tout à fait par hasard, je trouvais dans un livre russe un calque représentant exactement les motifs qui y sont dessinés.
S'agit-il d'une reproduction d'une lithographie représentée dans un livre ?
Comment celle-ci a-t-elle été éxécuté avec autant de talents, en gravure peinte, teintée, sur le bois de cet objet ? Se pourrait-il qu'Henri Brocard ait commandé à un artisan cet exécution, bien introduit comme il l'était dans la communauté des artistes russes à Moscou ? Il n'y aura pas de réponse. C'est souvent mieux comme cela. On peut toujours continuer à laisser la place à l'imagination et au rêve.

lundi 23 juillet 2007

Elle traverse l'Europe avant l'invention du train

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

Dans ce jardin d'une datcha de la famille Brocard, tranquillement assise sur ce banc de bois brut, ourlé de fonte, se repose un instant tante Mina Koch. Le visage de cette femme volontaire est admirable dans ses traits où se lisent autorité, compassion et générosité. Ses bras dessinent comme les arceaux d'un berceau où tous les enfants Brocard ont été bercés et élevés au fil de sa vie.

Le jeu de composition souhaité par le photographe ne manque pas d'intérêt. Bien que néophyte en la matière je reste séduit par l'habilité des mouvements horizontaux suggérés par le banc, verticaux par les arbres au fond qui posent l'ensemble. Le personnage volontairement au centre répond par les teintes à la boule miroir en arrière plan et suggère de façon implicite le parcours de cette femme, tout ce qu'elle a pu voir, défiler, accompagner au cours des années, comme s'il s'agissait du reflet de sa propre mémoire.

Les arbres comme dans une fine brume en arrière plan soulignent comme les contes Russes et autres petites histoires fantastiques que cette dame devait raconter aux enfants au couché.
Tante Mina Koch faisait partie de la famille. C'était une aventurière.

Originaire de Saxe en Allemagne, elle voyage en Europe avant les voies de chemin de fer vers 1827.
En tant que jeune fille elle rejoint sa soeur (épouse de Mr Heinrichs) aux îles Solovetski. Monsieur Heinrichs y occupe le métier étrange de naturalise des ours blancs.
Quelques années plus tard elle les quitte pour rejoindre sa nièce Charlotte Raway, fille de Caroline Koch. Et elle va l'aider tout au long de sa vie dans la gestion de la maison, et de l'accompagnement des enfants. 

Elle s'est éteinte en 1897, quelques années avant Henri Brocard. Je ne sais si aujourd'hui quelqu'un pense à elle. Il faudra sans doute remercier Eugénie Ferrand (fille d'Henri Brocard) qui indiquait en trois lignes quelques légendes autour d'une photo. Et internet prolongera ainsi la mémoire de cette mademoiselle remarquable.

dimanche 24 juin 2007

A book as a package for perfume

Thanks to Dmitri (Blog Flacon007) who send me this interesting picture.
A nice package for Soap produced by the Brocard firm before the Russian revolution.
The symbol of the book really remains me the innovations of Charlotte Brocard inventing soaps as letter to help the mother at this time teaching their alphabet to children.

The package was not so far to be invented. It becomes the book. A great success also used by the competitors.
I am not able to find the reference in the only catalog (1896) I have from the company. So I can imagine this package invented juste between 1905 to 1917...

lundi 14 mai 2007

Personnalité d'Henri Brocard...

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

Cette photo de famille prise dans la propriété Brocard, ancienne demeure du Comte Chérémeteff, rue Nikolskaïa à Moscou, donne une idée de la personnalité d'Henri Brocard.

Autour de la table sont rassemblés différents membres de la famille. De gauche à droite. Marie Ferrand, sérieuse, indifférente, les mains posées sur les genoux. A ses côtés, son époux Auguste Ferrand la main suspendue, est en train de siroter un thé à la russe. L'homme à la casquette assis à ses côtés a un âge certain, les favoris gris et l'oeil amusé par les préparatifs du photographe. Il pourrait s'agir d'Athanase Brocard, père d'Henri ou d'un proche de la famille. Georges Félix Ferrand se trouve être l'homme debout, souriant et sûr de lui les deux mains ancrées sur son gilet.

Assis à l'arrière, presque camouflé par le samovar, se trouve Henri Brocard le parfumeur. Il incline doucement la tête afin d'apparaître sur la photo. Inventeur, créateur de la parfumerie du même nom il est en quelque sorte le patriarche de toute cette communauté. Mais le photographe a choisi de prendre sa photo sans le mettre de façon évidente au centre. C'est une photo de famille dans la simplicité, un peu spontanée, qui souligne la convivialité qui règne dans ce petit groupe, sans trop de formalisme, ou de code de préséance.

Cela laisse deviner quelques traits de caractère d'Henri Brocard. Entrepreneur de grand talent. Aventurier des USA à la Russie. Inventeur créatif de parfums et d'astuces marketing. Découvreur de nouvelles techniques innovantes revendues avec succès à l'entreprise de parfum Roure. Bon vivant si l'on en juge les menus, la qualité des repas de fête et des vins fins les accompagnant, comme son physique généreux.
Doté d'une âme sensible, passionnée, Henri Brocard s'exprime avec profondeur dans le monde des arts et de la bibliophilie. Il s'intéresse avec curiosité à toutes les antiquités, étoffes, oeuvres des primitifs famands, comme aux meubles de la grande époque ou aux porcelaines fines. Il n'est donc pas ce collectionneur exclusif, polarisé sur une thématique, jusqu'à l'obsession... mais celui du collectionneur universel, ayant soif de savoir, enthousiasmé par la découverte et l'objet qui raconte une histoire. En dépit de tout cela il est resté simple, accessible, chaleureux, au point d'être discret si ce n'est cette inclinaison demandée de sa tête pour apparaître tout de même sur cette photographie.
J'aurais tellement aimé le rencontrer...

La famille est large et accueillante. Aux côtés d'Henri se trouve "tante" Mina Koch qui a élevé tous les enfants Brocard. Elle est née en Saxe avant de venir très jeune avec sa famille en Russie à Arkpangel, avant les années 20 et l'arrivée du chemin de fer dans ces contrés vers 1827. Elle est décédée à Moscou en 1897. Elle est assise à la table comme un membre d'adoption de la famille, devant Charlotte Brocard, épouse d'Henri qui se trouve juste derrière.

Les deux jeunes femmes sur la droite sont Eugénie Ferrand, fille d'Henri Brocard et Isabelle Giraud. Cette dernière porte un chapeau d'homme sans doute échangé avec son mari situé tout à droite de la photographie. Le sourire dessiné sur les lèvres d'Isabelle, comme le geste d'affection d'Eugénie qui lui tient le bras, soulignent les liens privilégiés de cette grande famille française dans la ville de Moscou.

La chaise vide au centre montre de façon explicite que le photographe, grand absent de cette scène est bien probablement un membre de la famille. Sans doute Emile Brocard un des plus jeunes à cette époque.

J'aime également beaucoup dans cette photo, les ombres des branchages. Elles tissent comme les liens involontaires d'un arbre généalogique entre tous les membres rassemblés autour de ce moment de partage lors du thé.

vendredi 4 mai 2007

Eugénie Ferrand à Moscou

© Family Brocard.
Usage of the image under authorization only

Cette photo est à comparer avec celle mise sur le blog le18 mars 2007. Toutes deux ont été prises au même endroit. Au dos de celle ci il est mentionné " Moscou", mais il est vrai que l'environnement est plutôt celui d'une datcha à la campagne.
La jeune femme est Eugénie Ferrand, une des filles d'Henri Brocard.

mercredi 25 avril 2007

Brocard invited to the dinner of the coronation of the Czar Nicholas II ?

Did the Czar Nicholas II invite Henri & Charlotte Brocard to the event celebrating his coronation ? It was organized two years after during at least two days.

The night of May 19, 1896, was dedicated to the dinner. And the ceremony was continuating on May 20.

I was founding this rare paper in the family archive with the incredible mention of Brocard on the back, which is you can imagine fascinating me and probably confirming the fact, Henri the perfumer was invited as the official provider of the Empress Alexandra Féodorovna.

Where can we find a list of the attendees to this event in order to confirm this hypothesis ?